Salon de l’agriculture 2008

SIA 2008 à Paris … Une entrée remarquée !

L’inventaire d’Alain RAVENEAU de 1993 paru chez NATHAN, la considérait comme «rare et (ou) disparue»…En Février 2008 et pour la première fois de son histoire, la chèvre des Fossés faisait son entrée au salon international agricole de Paris.

Cent vingt sept ans après la création «Du Salon», notre chèvre trouvait sa place dans la plus grande ferme éphémère du monde. A côté des grandes, elle a tourné sur les rings officiels sous les projecteurs et les objectifs des journalistes. Dans un monde de béton et d’asphalte, sans rouge-gorge ni papillon, le public en grande majorité citadin, a découvert un animal …avec des cornes … «C’est un bouc, elle a des cornes»…«Non c’est un bélier» répond le papa en caressant affectueusement la nuque de son chevreau parisien ! Et encore : «Pardon Monsieur» me demande-t-on «que faites vous des poils, ils sont trop longs»! Sans compter cette petite fille de dix ans «Oh maman, des petits chevaux!» et cette autre dame qui m’a fait remarquer que nos chèvres n’avaient pas de croquettes à manger, tout juste du foin ! Pour finir ce Monsieur ayant pris connaissance du document sur les races à petit effectif: «Ce sont les deux dernières?»(Sous-entendu «au monde»)…

Ne voyez dans ces quelques phrases dignes du théâtre de l’absurde, aucune moquerie de ma part, mais une simple remarque: Quel fossé, c’est bien le mot, entre notre petit ruminant et le public !

Curieusement, la perception des races industrielles (Saanen, Alpine) avec d’énormes pis et sans corne leur semble limpide. Elles donnent du lait (prononcer: lé comme dans la pub) et de la viande. Mais notre chèvre est juste là «parce qu’elle est belle».

C’est vrai qu’elle est belle, mais le salon a aussi permis de nombreux échanges avec des professionnels : Comprendre la nécessité de relancer notre chèvre non plus uniquement comme une race relique, mais comme une race d’avenir ;travailler ensemble en conservant la biodiversité, sa rusticité, et sa diversité qui font d’elle une fantastique réserve génétique pour les générations futures.

La Chèvre des Fossés présente au SIA 2008 : Une première !!

Je ne saurai finir sans remercier Capgènes (ex Caprigène et Capri IA) et l’institut de l’élevage : sans eux, cette première grande rencontre avec le public aurait été impossible.

C’est grâce à leur hospitalité et leur gentillesse, que pendant ces quelques jours, «la Fossé» a pu se faire connaître mieux aux yeux de tous.

Alain DIVO