La couleur

La race chèvre des fossés est caractérisée par une grande diversité de robes :  le standard de la race accepte toutes les robes (et combinaisons de celle-ci) excepté la couleur chamoisée typique de la race Alpine.

Petit rappel
: La couleur du poil est due à la présence de pigments nommés « mélanines », l’absence de pigmentation du poil nous donne la couleur blanche, la couleur d’une chèvre est le résultat de la présence et de la répartition des pigments dans le poil.
Chèvre et son chevreau de couleur blanche.

Le nombre de pigments de couleur est limité, il n’en existe que deux :
– L’eumélanine noire  ou chocolat
– La phaeomélanine qui donne la couleur rouge (typique de la chèvre du Rove).
Attention, il ne faut pas confondre la couleur blanche (absence de pigmentation) de la couleur crème qui est une dilution d’un pigment de couleur.

Les différents patrons pigmentaires :

.1/Patrons uniformes :

« Eumélanique noire »

« eumélanique chocolat »
Phaeomélanine : Animal de couleur rouge uniforme (chèvre de race Rove), ces animaux n’ont pas du tout d’eumélanine, robe fréquente en race Rove avec différentes nuances (suite à l’expression de gènes de dilution).

 

 

.2/Patrons de variations des mélanines au niveau facial, ventral et dorsal (chez la chèvre des fossés) :

Eumélanique et feu, patron assez commun chez la fossé notamment dans la Hague.

Eumélanique et feu, ventre clair, même patron que précédemment sauf qu’ici le ventre est clair. C’est la couleur typique de la chèvre Poitevine, présente communément chez la Fossé (type Hague), nommé communément « noire à barrette ».

 

 

Patron chamoisée, couleur traditionnel de la race Alpine, les chèvres et surtout les boucs présentant ce patron de couleur sont exclus du livre généalogique à cause des grands risques de confusions et de croisement possible chez ces animaux avec la chèvre alpine.
Le patron chamoisé c’est la phaoemélanine qui domine, l’eumélanine noire n’est présente que sur la ligne de dos, la face et les membres de l’animal.

Patron « sauvage » :à ne pas confondre avec le patron chamoisé, l’arrière des membres, le ventre, les oreilles, l’arrière de la queue et tour de l’anus sont de couleur claire. Ce patron est notamment présent chez les espèces de chèvres sauvages comme le bouquetin. Cette couleur est devenue assez rare chez la fossé car de nombreux éleveurs l’ont éliminé systématiquement par confusion avec la couleur chamoisée chamoisée. Ces 2 patrons de robe sont faciles à distinguer à la naissance. A l’âge adulte, c’est plus compliqué du fait des poils longs. Attention, comme ces 2 patrons de robe sont assez proches, l’utilisation du patron sauvage en reproduction fait parfois ressurgir  la couleur chamoisée chez certains descendants.

Patron « mantelé postérieur » : C’est un patron assez commun en chèvre de Savoie et Provençale et assez rare dans les autres populations locales (inconnu en Rove). Un  peu présente en chèvre des Fossés cette couleur mérite d’être connu des éleveurs.

La tête, les pattes, le ventre et l’arrière de l’animal sont eumélanique noir et l’avant est « clair » dans des nuances allant du blanc argenté, crème au doré-cuivré.

Patron « mantelé inverse » :

Ce patron mérite un paragraphe à lui tout seul, cette couleur a été identifiée uniquement dans deux races de chèvres au monde, une race Brésilienne et la chèvre des Fossés.

Ce patron a été redécouverte en 2001 sur une chèvre de souche peu poilue, appartenant à une personne âgée, à Carnanville dans le nord de la Manche. Cette chèvre a ensuite été achetée par Bruno et Karine Guérin qui tentent de maintenir et de multiplier cette couleur au sein de leur troupeau.

Une deuxième chèvre a été récupérée il y a quelques années par Annick et Claude Haudry dans la Sarthe (en photo, sa fille : Jossie du Jarrier).
Il y a donc bien deux souches distinctes au sein de la race, ce qui est une chance pour conserver et diffuser cette couleur.

Ce patron est 100% reconnaissable à la naissance de l’animal. A l’âge adulte, la longueur de toison peut gêner l’identification. Ce patron est l’inverse strict du patron mantelé postérieur : l’animal est foncé sur l’avant avec les barrettes claires et les pattes et l’arrière du corps clair, un Z de couleur foncé est présent sur la cuisse de l’animal et la queue porte aussi une marque noire.

Si vous pensez posséder un animal de cette couleur, merci d’en informer l’ASP par mail avec si possible des photos de l’animal, son nom et son origine.

Pour illustrer ce patron de couleur voici plusieurs photos notamment de chevreau sur lequel on se rend bien compte de la répartition des deux couleurs et sur deux chèvres adultes avec la teinte blanc-argenté et cuivré.

Lunette : Première chèvre Variante cuivrée
retrouvée dans la Manche

Caméra de la Rotruère : fille de Lunette, variante « cuivrée »

En conclusion, sur tous ces variants de couleurs et dans tous les cas présentés, l’eumélanine noire peut être remplacée par l’eumélanine chocolat (rare en chèvre des fossés, commun dans d’autres races locales comme la Massif central et la Pyrénéenne).

.3/Les altérations pigmentaires :

Dans certains cas, les animaux présentent des poils n’exprimant pas leur pigment, ces poils apparaissent donc blanc. Ces poils blancs présents en plus ou moins grande quantités sur le corps de l’animal peuvent donner une couleur extrêmement différente d’un sujet à un autre. Il s’agit en fait du même patron (noir, chocolat ou rouge) altéré par la présence de poils blancs.

Des exemples valent toujours mieux qu’une longue explication :

Altération sur tout le corps :


Lorsque les poils blancs sont mélangés sur un animal entièrement noir, l’animal apparait communément GRIS.

Lorsque les poils blancs sont mélangés sur une chèvre entièrement chocolat, l’animal possède une couleur que l’on nomme ROUAN. (Ici les deux chevreaux de la chèvre apparaissent gris).

Altération présente uniquement sur des endroits localisés de l’animal :

Les poils blancs sont présents uniquement sur le nez, les oreilles et autour des yeux (ce qui donne des mouchetures), l’on nomme cela « Frost » (terme anglais signifiant le givre).

Bouc noir-Frost 

Différentes combinaisons sont possibles :

Chèvre eumélanique noire et feu, ventre clair, grise-Frost, communément nommé grise à barrette + Frost.

 

 

.4/ Les panachures :

Les panachures sont la présence de taches blanches plus ou moins grande sur tout ou partie du corps de l’animal, elles peuvent être très localisées ou s’étendre sur tout le corps de l’animal.
Chez cet animal de couleur eumélanique noir, les panachures sont simplement localisées sur le bas de la patte avant gauche et le bas de la patte arrière droite !!!!

 

 

Sur ce bouc la panachure est envahissante et s’étend quasiment sur tout le corps de l’animal. Ce bouc est eumélanique noir avec panachure envahissante….il est bien noir avec beaucoup de blanc et non blanc à tache noir !!!!

 

En plus de sa panachure médiane en forme de ceinture ventrale, ce bouc présente une altération pigmentaire dans son eumélanine noir, ce qui le fait paraitre simplement « blanc et gris »

 

 

Ce bouc eumélanine noir et feu, présente une panachure sur l’arrière du corps.

 

 

 

 

Ce bouc présente une répartition du blanc et du noir à peu près égal, cependant il possède le gêne frost.

 

 

 

Sur certains animaux avec le poil long, la couleur est quasiment impossible à identifier, ce bouc apparait gris, en fait il est eumélanique noir (avec altération pigmentaire donc gris) et feu-ventre blanc avec panachure + frost !!!!

 

Les panachures sont courantes et généralement appréciées des éleveurs de chèvres des fossés, chez certains animaux avec la robe presque entièrement envahi par la panachure il n’est pas souvent aisé de déterminé quelle couleur d’eumélanine se cache derrière !!!

Chez certains animaux, une dilution apparait dans l’eumélanine, ce qui fait apparaitre l’animal crème, ce mécanisme est bien connu et est assez répandu en chèvre des fossés, il ne faut pas croire que ces animaux sont blanc, ils sont bien colorés mais la couleur est tellement diluée qu’il est impossible de savoir quelle eumélanine se cache derrière.

Chèvre « crème »

En conclusion nous pouvons dire que la race chèvre des fossés présente de nombreuses couleurs et combinaisons de celles-ci qui laissent place à chaque éleveur le choix de trouver son bonheur, en effet les « gouts et les couleurs, ça ne se discute pas ! »
La transmission des couleurs n’est pas encore bien étudiée, il n’est pas facile d’avoir la couleur voulu en accouplant tel bouc avec tel chèvre, c’est la loi de l’élevage, et dans ce domaine c’est la nature qui décide !
Cependant nous savons que pour avoir la couleur blanche, il est impérativement nécessaire qu’un des deux parents soit lui-même blanc, il est d’ailleurs fortement déconseillé d’accoupler deux animaux blancs ensemble car leurs produits seraient blancs et ne reproduiraient que des animaux blancs même accouplé avec des animaux de couleur.